EGLISES ET ART DECO A NICE

Modernité et résistances




Payée par carte bancaire, votre commande sera expédiée demain

6,00 € l'unité




Caractéristiques


Référence : 274
 : THEVENON Luc
 : 2-86410-271-4
 : 1999-06-06
 : Piqué sous couverture pelliculée en couleurs, format 16 x 22 cm, 40 pages, 48 illustrations couleur, bibliographie.



Piqué sous couverture pelliculée en couleurs, format 16 x 22 cm, 40 pages, 48 illustrations couleur, bibliographie.La période Art Déco est, comme nous l'avons décrit, superbement représentée par de nombreux immeubles, dus notamment à des architectes comme Georges Dikansky (Ekatérinaslaw (Russie) 1881 - Nice 1903), Charles (Nice 1865-1938) et Marcel (Paris 1892 - Nice 1950) Dalmas, Guillaume Tronchet (Paris 1867 - Nice 1959), Roger Séassal (Antibes 1885-1967), etc... Certains s'avèrent des réussites évidentes. Dans le domaine du sacré les réalisations niçoises sont presque totalement inconnues. Or, les édifices religieux sont significatifs de cette époque par la recherche, l'innovation, le traitement des volumes et des espaces et les ornementations qu'ils abritent.
L'église Sainte Jeanne d'Arc, construite entre 1926 et 1933 par le parisien Jacques Droz, en est l'exemple majeur. Notre-Dame Auxiliatrice - Don Bosco construite (exactement comme la précédente) entre 1926 et 1933 par l'un des grands architectes niçois du moment : Jules Febvre (Nice 1859-1934), auteur du Monument du Centenaire (1893), de l'église Notre-Dame du Perpétuel Secours au Mont-Boron (1927), de l'église Saint-Etienne, de l'hôtel Majestic (1908), de l'hôtel de la Société Générale sur l'Avenue..., est un édifice essentiel du patrimoine niçois dans la période Art Déco.
L'auteur a voulu attirer l'attention du grand public et des spécialistes sur cette architecture sacrée, et son décor en y ajoutant quelques éléments significatifs de son mobilier, et aussi montrer qu'à côté de ces deux édifices, caractéristiques d'une mode et des techniques qui l'ont servie, d'autres églises, en privilégiant plutôt des styles et une décoration liés aux souvenirs de la Belle Epoque, témoignent de résistances très fortes aux conceptions nouvelles.