Un département de l’arrière

Les Alpes-Maritimes durant la Grande Guerre 1914-1918



couv_schor
Payée par carte bancaire, votre commande sera expédiée aujourd'hui.

10,00 €




Caractéristiques


Référence : 600
 : SCHOR Ralph
 : 9782864106463
 : 2018-09-01
 : Un volume broché de 128 pages, au format 16 x 24 cm. Illustrations noir et blanc. Couverture pelliculée en couleurs. Bibliographie.



 

Durant la Grande Guerre, les Alpes-Maritimes, éloignées du front, furent épargnées par les combats. Mais, si les sanglantes batailles demeurèrent une réalité lointaine, d’autres épreuves se révélèrent terriblement présentes.
Le contexte guerrier était attesté à chaque instant par la présence des blessés et des réfugiés civils repliés dans les grands hôtels, par l’effondrement du tourisme, principale ressource de la région, par les incessantes pénuries, les spectaculaires hausses de prix, donc l’aggravation de la pauvreté. La guerre souligna la vulnérabilité économique des Alpes-Maritimes. En effet, ce département, situé aux marges du pays, dépendant des importations pour l’énergie, le ravitaillement et beaucoup de produits manufacturés, souffrit durement de la fréquente interruption des transports. La population, marquée par l’angoisse qu’engendraient la longueur et l’incertitude des combats, mécontente des difficultés de la vie quotidienne, fit souvent preuve de nervosité, parfois de colère.

Le littoral urbanisé des Alpes-Maritimes pâtit davantage des pénuries alimentaires et énergétiques que le haut pays rural, plus adaptable à une vie autarcique. Le littoral fut davantage atteint par les désordres sociaux, délinquance juvénile en forte augmentation, prostitution, mendicité. Mais les villes et les campagnes furent rapprochées par un facteur puissant : les inquiétudes sur le sort des hommes partis au front ou prisonniers, l’appréhension de recevoir une funeste nouvelle. L’anxiété et parfois l’expérience de la mort jouèrent un rôle unificateur considérable dans la société.

Tout au long du conflit, l’opinion publique se manifesta avec force, aussi bien dans l’expression de l’anti-germanisme que dans la critique à l’égard des commerçants, des élus locaux, des responsables politiques les plus éminents comme le montra, entre autres, l’affaire du XVe corps. Mais, en dépit des épreuves et de l’ébranlement de nombreuses certitudes, l’adhésion au régime et à ses valeurs fondamentales, de même que l’appartenance d’un jeune département à la nation française ne furent jamais remis en cause. 

Ralph Schor, agrégé de l’université, docteur d’Etat, est professeur émérite d’histoire contemporaine à l’Université de Nice Sophia-Antipolis.