MARIE-ALAIN COUTURIER, UN COMBAT POUR L'ART SACRÉ

Actes du Colloque de Nice, 3-4 décembre 2004




Payée par carte bancaire, votre commande sera expédiée demain

28,00 € l'unité




Caractéristiques


Référence : 432
 : LION Antoine (éditeur)
 : 9782864104346
 : 2005-10-03
 : Un volume broché de 224 pages, au format 16 x 24 cm. 33 Illustrations noir et blanc et couleurs. Couverture pelliculée. Bibliographie.



En France, vers 1950. événement sans précédent, un homme d'église est l'ami des plus grands artistes de son temps. C'est le P. Couturier. On le trouve chez Matisse ou chez Le Corbusier, chez Braque ou chez Rouault. Il rencontre Fernand Léger, Chagall, Picasso et bien d'autres. Sans parler de Cocteau, Jouhandeau, Julien Green... Tous le reconnaissent comme un interlocuteur éclairé. Pour plusieurs, architectes ou peintres, il devient un partenaire, car il les engage dans l'aventure d'églises nouvelles, comme au Plateau d'Assy ou bien à Audincourt. Il permet à des rêves improbables de devenir vrais : Matisse fera une chapelle, à Vence, et Le Corbusier, à Ronchamp. Sur le rôle du P. Couturier dans ces deux derniers dossiers, ce livre apporte d'ailleurs des éléments nouveaux. Quant au couvent de La Tourette, si on savait bien qu'il n'aurait pas existé sans Couturier, on en apprendra ici beaucoup sur les profondes relations qu'il eut avec Le Corbusier.

Depuis deux siècles au moins, en matière d'arts plastiques ou d'architecture, les portes des églises ne se sont jamais ouvertes aux immenses artistes que notre pays a connus. Van Gogh, Cézanne, Rodin ou d'autres, peut-être auraient-ils décliné l'offre, mais si, invités en amis, ils avaient franchi ces portes, que se serait-il passé ? Pour eux, pour les églises, pour l'église, pour l'imaginaire de la foi des chrétiens... Couturier, lui, il a su faire cela, pour son temps.
Non sans combats face à de tenaces oppositions et de farouches conservatismes, il écrivait ainsi une page de l'histoire de l'art en France au XXe siècle. Plus encore qu'esthétique, l'enjeu était spirituel. Réconcilier, dans un vrai Art sacré contemporain, la tradition chrétienne et la modernité artistique, offrir à nouveau, comme jadis, de la beauté dans les lieux où Dieu est honoré, ce devait être un chemin pour renouveler un christianisme affadi à l'image de son art préféré, le Saint-Sulpice. échec, succès ? Ce n'est pas avec de tels mots qu'on juge un prophète. Couturier, dans son domaine, en fut un.
Ces actes d'un colloque tenu à Nice en 2004, cinquantième anniversaire de sa mort, constituent le premier ouvrage d'études critiques sur l'homme lui-même, ses proches, les limites et les enjeux de son action. Ils entendent contribuer à une mémoire féconde et manifester la pertinence actuelle de ce flamboyant dominicain.