NICE 1765, DAU TEMP QUE BERTA FILAVA

Les tribulations de Tobias Smollett, bastian countrari écossais




Payée par carte bancaire, votre commande sera expédiée aujourd'hui.

10,00 € l'unité




Caractéristiques


Référence : 579
 : BENVENUTO Alex
 : 9782864106159
 : 2015-05-13
 : Un volume broché de 64 pages, au format 15 x 21 cm. 60 Illustrations couleurs. Couverture pelliculée en couleurs.



Etonnant Tobias Smollett, médecin écossais qui, une fois son diplôme en poche, n’exercera jamais. Il vit de sa plume, poursuit divers procès que lui intentent les personnages politiques qu’il malmène. Critique, acerbe, polémiste, batailleur, il se lance dans le journalisme, mais perd une fille chérie âgée de quinze ans. Fatigué, malade, il renonce à la politique et se met à voyager. Il arrive en France pour rejoindre la péninsule italienne (l’Italie) en traversant le Comté de Nice. 

Venu pour quelques nuits, il restera deux ans. Il décrit la vie à Nice dans une série de lettres publiées sous le titre Travels throught France and Italy.

Son témoignage du XVIIIe siècle est très précieux car il a su fixer la ville au temps de la naissance de la villégiature, cette Nice qui aujourd’hui est connue dans le monde entier comme un haut lieu touristique est aussi et avant tout une ville chargée d’une histoire multiséculaire dont Smollett a su percevoir l’essentiel.  

Nice lui doit pour cela toute sa gratitude. Hommage qui n’est pas exempt de critiques, parfois sévères, dignes d’un bastian countrari niçois, mais qui ne font en réalité qu’ajouter à l’agrément de l’ouvrage. Les Niçois lui en ont voulu pendant plus de deux siècles d’avoir osé quelques critiques au point de lui rogner un « l » en donnant son nom à la rue « Smolett »!

Au travers de ses Lettres de Nice, choisies, triées, ordonnées et commentées par Alex Benvenuto, complétées par une riche iconographie, une occasion extraordinaire de  rencontrer la sonore, odorante et véritable vie quotidienne à Nice il y a 250 ans.

E aloura, mi siéu pantaià qu’un jou, bessai, lu pichin nissart diran : « dau temp que Smollett viagiàva … »     

Jean-Marc GIAUME