1848 DANS LES ETATS DE SAVOIE. UN PAS VERS LA MODERNITÉ POLITIQUE

Actes du colloque international de Menton-Vintimille (2018)



couv_pridaes_12
Payée par carte bancaire, votre commande sera expédiée demain

30,00 €




Caractéristiques


Référence : 616
 : ORTOLANI Marc, ROUX Christophe, VERNIER Olivier
 : 9782864106616
 : 2020-11-20
 : Un volume broché de 278 pages, au format 16 x 24 cm. 23 Illustrations noir et blanc. Couverture pelliculée en couleurs. Bibliographie.



{tab=Résumé}

Le colloque « 1848 dans les États de Savoie. Un pas vers la modernité politique », tenu à Science Po. Menton et à Villa Hanbury en 2018, est la douzième rencontre organisée dans le cadre du P.R.I.D.A.E.S. (Programme de Recherche sur les Institutions et le Droit des Anciens États de Savoie). 

1848 constitue dans l’histoire française un retour à la République après les périodes impériales et des Chartes. Pour le royaume de Piémont-Sardaigne, il s’agit d’un moment fondateur : celui d’un tournant inédit, rompant avec le régime de Restauration, vers le constitutionnalisme, l’affirmation des libertés publiques, le recours aux élections et l’essor des partis politiques. 1848 est donc un moment décisif pour l’apprentissage de ce qui fonde la modernité politique. 

Trois parties articulent ce volume. La première est relative à l’évolution du contexte idéologique et politique que connaît le royaume durant les années précédant 1848 : l’émergence d’idées nouvelles et d’aspirations démocratiques, qui confine parfois à l’antagonisme politique. Certaines contributions envisagent la question sous l’angle idéologique, culturel ou diplomatique, pour illustrer les effets de l’accélération de l’histoire à laquelle on assiste avant le premier texte constitutionnel appelé Statuto. D’autres l’envisagent au contraire au plus près des revendications libérales et de leurs moyens, notamment la presse. La deuxième partie est davantage centrée sur la profonde innovation institutionnelle que concrétise le Statuto, permettant de mesurer le subtil équilibre qu’il réalise entre continuité et rupture et d’apprécier à sa juste mesure l’œuvre de Charles-Albert, roi réformateur, par la suite imitée, interprétée voire orientée. Quant au contenu du texte, largement connu, il est abordé ici à travers l’un de ses aspects les plus innovants, la question électorale. Cela sert de transition vers la troisième partie, où sont recensés les signes de l’émergence d’une nouvelle culture politique. On y évoque les premières expériences électorales, la fonction des élus et la construction des élites politiques, mais également les divers chemins de la modernité dans lesquels s’est engagée la monarchie piémontaise (liberté d’association, liberté de la presse, milices communales ou éducation politique). 

{tab=Contributions}

Introduction : 
Christophe Roux : Retour à 1848 dans les États de Savoie

1 -  Idées nouvelles et antagonismes politiques

Michel Bottin : Vincenzo Gioberti. Lettres de Paris sur les affaires de France et d’Italie (Janvier-avril 1848)

Julien Contes : La liberté de publication comme matrice de la vie politique : les notables publicistes contre le gouverneur de Maistre à Nice en 1848

Simonetta Tombaccini Villefranque : Le libéralisme à Nice sous la Restauration. Épisodes et protagonistes d’un mouvement clandestin

Andrea Pennini : Les Révolutions de 1848 dans la diplomatie sarde

Alberto Lupano : Tra le premesse culturali al costituzionalismo del 1848 nel regno di Sardegna : il Dizionario di diritto amministrativo di Luigi Vigna e Vincenzo Aliberti

Ida Ferrero : Avant et après 1848 : l’éducation constitutionnelle

2 -  Autour du changement constitutionnel

Paola Casana : Le Statuto Albertin : un savant mélange de continuité et de rupture

Pierangelo Gentile : Carlo Alberto e lo Statuto. Mito e realtà del principe riformatore

Elio Tavilla : Statut albertin et Statut de Modène : parthénogenèse et avortement de la « cinquième constitution italienne » de 1848

Sara Lagi : Massimo D’Azeglio e il « Proclama di Moncalieri » (1849)

Gian Savino Pene Vidari : La loi électorale après le Statuto

3 - L’émergence d’une nouvelle cuture politique

Marc Ortolani : L’apprentissage de la démocratie parlementaire : les premières élections législatives dans la Province de Nice en 1848

Mario Riberi : Les réformes politico-institutionnelles de 1848 dans le Royaume de Sardaigne. Le cas du Pays Niçois

Romain Maréchal : Les élites savoyardes et le Statuto : vers une recomposition de l’assise notabiliaire

Michele Rosboch : La libertà di associazione e il 1848 : il contributo di Luigi Taparelli d’Azeglio

Roberta Braccia : La libera stampa « prima fra i baluardi dei popolari diritti » : l’editoria giuridica genovese dopo il 1848

Matteo Traverso : La milizia comunale statutaria tra ingerenze governative e aspettative democratiche. Lo scioglimento della guardia nizzarda

Maura Fortunati : Catechismi politici ed alfabetizzazione costituzionale nel Regno di Sardegna

{tab=Les auteurs}

Michel Bottin, Professeur
Université Côte d’Azur - ERMES. 

Roberta Braccia, Professeur
Université de Gênes. 

Paola Casana, Professeur
Université de Turin 

Julien Contes, Doctorant,
Université Côte d’Azur - CMMC 

Ida Ferrero, Chercheur contractuel,
Université de Turin

Maura Fortunati, Professeur
Université de Gênes

Pierangelo Gentile, Professeur
Université de Turin

Sara Lagi, Professeur
Université de Turin

Alberto Lupano, Professeur
Université de Turin 

Romain Maréchal, Doctorant
Université Savoie Mont Blanc - LLSETI

Marc Ortolani, Professeur
Université Côte d’Azur - ERMES

Gian Savino Pene Vidari, Professeur
Université de Turin

Andrea Pennini, Ricercatore
Université de Turin

Mario Riberi, Ricercatore
Université de Turin 

Michele Rosboch, Professeur
Université de Turin

Christophe Roux, Professeur
Université de Montpellier - CEPEL

Elio Tavilla, Professeur
Université de Modène et Reggio Emilia

Simonetta Tombaccini Villefranque, Historienne
Nice

Matteo Traverso, Chercheur contractuel
Université de Turin

{/tabs}